• Joy Rivault

La petite histoire du poil (3): les secrets d’épilation dans l’Egypte ancienne

C’est l’été, vos cheveux sont secs et abîmés par le soleil. Vous rêvez d’une recette magique pour leur redonner brillance et éclat? Suivez les conseils de beauté des Egyptiens de l’Antiquité: rasez-vous de la tête aux pieds et le problème est réglé!

rasoir égyptien or Metropolitan
Rasoir en or, Metropolitain Museum of Art, New York

EPILATION INTEGRALE POUR TOUS


En Egypte, l’épilation est associée à l’hygiène et à la pureté. Quel que soit son sexe, on se rasait tous les poils du corps avec différentes techniques: de la pierre ponce, des lames de pierre tranchantes, des pinces à épiler, des rasoirs en cuivre ou en bronze ou encore avec des crèmes dépilatoires et de la cire. La mode était à l’épilation intégrale. Seuls les sourcils étaient soigneusement entretenus. Les Egyptiens les surlignaient avec du khôl afin de les mettre en valeur et de bien en définir les contours, comme l’illustre le célèbre portrait de la sublime reine Néfertiti. Une seule exception pouvait nécessiter une épilation totale des sourcils: quand le chat mourait. À ce moment-là, toute la famille se les rasaient en signe de deuil.

Nefertiti representation
Portrait de Néfertiti, Musée de Berlin


UNE CIVILISATION SANS CHEVEUX


Dans l’Egypte antique, les enfants, les garçons comme les filles, étaient tous coiffés de la même manière: le crâne rasé avec une mèche de cheveux tressés sur le côté, appelée "la tresse de l’enfance". La tresse pouvait être ornée de simples fleurs ou de bijoux précieux en fonction du statut social de la famille. Cette coiffure rendait hommage au dieu solaire Horus qui portait aussi cette tresse quand il était enfant.


fresque Egypte Antique hairstyle
Fresque montrant la "Tresse de l’enfance", Egypte

Lors du passage à l’adolescence, les garçons se rasaient le crâne et les filles se laissaient pousser les cheveux en guise de rituel initiatique.


Les hommes pouvaient avoir les cheveux courts ou mi-longs et ils se rasaient intégralement la barbe. Comme chez de nombreux peuples, la barbe (et la pilosité en général) était associée aux Barbares. Le pharaon portait en revanche une barbe postiche, à l’image des dieux, symbole de sa puissance et de son lien avec les divinités. Ainsi, la reine égyptienne du XVIe siècle, Hatchepsout, fut parfois représentée portant cette fausse barbe de pharaon.







 

masque Toutânkhamon sarcophage pharaon Egypte
Masque du sarcophage de Toutânkhamon, Egypte

Les femmes égyptiennes portaient des coiffures très variées en fonction des époques. Elles avaient les cheveux courts ou mi-longs, comme les hommes, sous l’Ancien Empire et les cheveux longs sous le Nouvel Empire. Elles se les coiffaient de différentes manières: lissés, ondulés ou frisés et pouvaient les attacher en tresse ou en queue de cheval. Plus elles étaient riches, plus leur coiffure était élaborée et parée d’ornements (bijoux, épingles, fleurs, diadèmes…). Les femmes se rasaient également le crâne et portaient ainsi des perruques en fonction de la mode du moment.



L’ART DE LA PERRUQUE


Tout le monde portait donc des perruques dans l’Egypte ancienne. Elles étaient faites avec de véritables cheveux pour les personnes les plus aisées et avec de la laine ou des fibres végétales pour les plus modestes. Les femmes pouvaient porter des perruques sur leur crâne rasé ou par-dessus leurs vrais cheveux. Les perruques faisaient ainsi partie intégrante de la garde-robe des Egyptiens.


Toutes les représentations égyptiennes montrent ainsi des hommes et des femmes parfaitement imberbes, à l’exception de la barbe postiche dévolue aux divinités et aux pharaons. Les cheveux pouvaient jouer un rôle esthétique, selon les modes, mais de manière générale le poil est considéré sale, le poil est considéré impur, il est donc banni de cette civilisation. Sa présence n’est tolérée que dans le cadre de rituels particuliers ou sous forme de postiches.


peinture funéraire soins corps Egypte antique
Les soins du corps, peinture funéraire, Egypte