• Arlette Duport

Pourquoi mange-t-on nos émotions?

Souvent, les émotions, les sentiments ou encore des situations de vie particulières nous font manger plus qu’à notre faim ou même sans faim, de façon automatique. Arlette Duport, coach en nutrition nous en dit plus dans cet article.



Des aliments doudou


Qui n’a jamais mangé sous stress, sous colère ou sous ennui? Notre boss nous demande un dossier urgent à traiter; le stress monte d’un coup, nous nous précipitons dans le tiroir à bonbons et autres biscuits pour apaiser notre nervosité ou alors, par temps maussade où rien ne semble nous réjouir, nous ouvrons machinalement le frigo à la recherche d’un bout de fromage goûtu, d’un met gras ou sucré qui nous apportera un peu de plaisir et de satisfaction immédiate. Cette nourriture réconfortante, c'est ce qu’on appelle affectueusement: les aliments doudous!


Les kilos émotionnels


Nous sommes tous, à certains moments de notre vie, des mangeurs émotionnels et cela est bien normal et humain. Nous avons tous à gérer au cours de notre existence des situations complexes, stressantes ou délicates. Je constate avec ma pratique de coach en nutrition que la prise de poids engendre beaucoup de pensées et de sentiments négatifs qui se cristallisent autour de la nourriture et génèrent beaucoup de souffrance, souvent non-dite.


Le sentiment de culpabilité vis-à-vis de la prise de poids est très fort. De nombreuses fois, nous nous en voulons à nous-même de manger trop, mal et d’être en surpoids. C’est le début d’un cercle vicieux où se mêlent frustration et compensation par la nourriture. Nous oublions toutes nos autres qualités pour nous focaliser sur notre poids.



Prendre le temps de reconnaître ses émotions


Faire un premier pas: c'est observer quelles émotions, sentiments ou situations précises nous font manger. Est-ce l’ennui, le stress, la recherche de plaisir immédiat ou tout simplement la fatigue quotidienne de tout gérer? Repérer ces émotions et ces sentiments qui nous sont propres et nous poussent à manger, c’est essentiel et même nécessaire, pour changer son comportement alimentaire et trouver la paix à table!


On peut noter dans un petit carnet ou sur son smartphone, chaque fois que l'on ressent l'envie soudaine de manger un aliment en particulier, sans avoir faim. Puis prendre le temps d'analyser quelle émotion ou quel sentiment a déclenché cette envie. La colère? La jalousie? L’insécurité? Un différent au travail avec votre collègue? Ces réponses peuvent nous renseigner beaucoup sur nous-mêmes et surtout sur nos besoins. C’est le début d’une prise de conscience salutaire.



6 émotions de base


L’émotion, c’est une réaction psychologique et physique plutôt brève que l’on ressent face à un évènement particulier, un sentiment, une interaction humaine ou une pensée. On distingue 6 émotions de base: la joie, la tristesse, la colère, la peur, le dégoût et la surprise.


Les émotions déclenchent des réactions physiques diverses, cœur qui bat, chaleur intense, larmes qui coulent, sueurs, malaises, détente, plaisir... Ces réactions peuvent être à la fois agréables et désagréables. Bien que ce soient les émotions négatives qui nous posent le plus de problèmes, les deux peuvent nous inciter à manger!


Petite précision: les émotions se confondent souvent avec les sentiments, c’est normal car tout est extrêmement lié, une émotion peut déclencher un sentiment et un sentiment peut déclencher une émotion. Nous avons une palette infinie de sentiments et autant de raisons de manger en lien avec nos sentiments. C’est un mécanisme complexe et souvent inconscient qui nous conduit à ce genre de comportement alimentaire.





Manger en conscience


Nos actions, sont souvent guidées (inconsciemment) par nos émotions. Nos émotions parlent de NOUS, de qui nous sommes, de notre sensibilité et surtout de nos besoins. Les fuir nous permet de ne pas ressentir la souffrance et d’éviter ainsi la conscience de SOI.


Les émotions comme les sentiments nous aident à mieux nous connaître. Accueillir et surtout accepter nos émotions est le premier pas à faire vers la libération de nos kilos émotionnels. Considérons les émotions comme nos amies et non nos ennemies, les fuir ou les étouffer nous prive de la chance précieuse de nous reconnecter avec nous-mêmes.


Cinq approches simples à pratiquer au quotidien
  1. Cultiver la connaissance de soi en accueillant et en acceptant ses émotions

  2. Savoir distinguer la faim et l’envie de manger

  3. Pratiquer le manger en conscience

  4. Se reconnecter avec le plaisir simple de manger, savourer, apprécier un repas

  5. Donner du sens à ce que l’on mange


L'important est de s'écouter, comme tout être humain sensible et complexe nous avons des besoins multiples et ce n’est pas la nourriture qui pourra les combler! C’est à mon sens, l’apprentissage passionnant de qui nous sommes, une personne unique et singulière qui nous conduira vers la libération et nous permettra d’être en paix avec la nourriture. Dans l’absolu… être en paix avec la nourriture c’est pratiquer l’amour de Soi, être bienveillant avec nous-mêmes, se donner l’attention dont on a besoin.


Ndlr: Arlette anime des ateliers à thème sur la nutrition en petit comité et réalise également des suivis nutritionnels pour la perte de poids et manger avec plaisir, pour en savoir plus, visitez sa page Instagram, jemangejesuis.