• Cosmic Sisters

Cosmic Boss [Ep10] - Rencontre avec Claudine Adanlessossi

Cosmic Sisters, c’est un concentré de good vibes pour être la meilleure version de soi-même. Et chaque mercredi, on vous inspire grâce à une sister entrepreneuse qui assure!

Claudine Adanlessossi, Acare cosmétique

Claudine Adanlessossi, créatrice de cosmétiques


Claudine grandit au Togo avec sa mère. Sans beaucoup de moyens, elle prend soin d’elle avec ce qui l’entoure, du savon noir, du beurre de karité ou encore des décoctions de feuilles de margousier contre la grippe. Des produits simples mais efficaces.


Lorsqu’elle arrive en Suisse, à 15 ans, sa peau réagit fortement aux cosmétiques des grandes surfaces. Elle découvre alors le DIY et une passion pour la slow cosmétique. À 30 ans, Claudine se lance et développe sa propre ligne de soins, Acare-Natura. Autodidacte, Claudine a une voix douce mais un tempérament déterminé!


Peux-tu me présenter Acare – Natura?


Dans le monde actuel, les gens veulent que tout aille vite. Acare-Nature, c’est une solution alternative ; je ne propose pas de solution miracle ou une peau parfaite en une semaine. J’aimerais, à travers Acare – Natura, que les gens prennent du temps pour eux. La peau est le plus grand organe du corps humain, il faut donc en prendre soin. Cela prend du temps pour arriver à un résultat naturel et définitif. En disant, "embrace your natural", je propose d’arriver à une peau saine sur la durée.


Qu’est-ce qui t’a motivée à développer ta gamme de soins?


J’ai toujours voulu avoir ma propre marque de cosmétiques naturels, j’ai grandi en utilisant des produits naturels pour prendre soin de moi. À mon arrivée en Suisse, ma peau n'a supporté aucune crème du commerce et c’est là que j’ai découvert Aroma-Zone. J’ai commencé à fabriquer mes propres produits dans ma cuisine et j’ai vu que ma peau adorait. Les gens autour de moi aussi, il me disaient: "tu as une belle peau, qu’est-ce que tu utilises comme produit?" J’ai pensé alors qu’il y avait peut-être des gens dans la même situation que moi, donc pourquoi ne pas me lancer pour leur proposer une autre solution?


As-tu suivi une formation?


J’ai appris toute seule, j’ai passé des nuits et des nuits d’étude sur la cosmétologie, à apprendre à comment mélanger les produits. Car même les produits naturels ne peuvent pas être mélangés n’importe comment. Il faut avoir une certaine connaissance et une très bonne hygiène.


Comment as-tu élaboré tes recettes?


Par exemple, je propose un sérum de nuit qui est une huile. Dans ce mélange, il y a du squalane d’olive, des huiles de camélia, d’avoine, de germe de blé et de son de riz, et de la vitamine E. Pour arriver à ce résultat, j’ai étudié les huiles végétales. Je voulais créer une formule pour aider la barrière hydrolipidique de la peau. J’ai commencé par mélanger une dizaine d’huiles et ça m’a donné un bon résultat mais je trouvais que c’était un peu too much. J’ai repensé au proverbe qui dit "less is more", j’ai donc retravaillé ma formule jusqu’à en rester à la combinaison de ces 4 huiles végétales.


C’est quoi le squalane d’olive?


Le squalane est produit à partir des résidus restants après l’extraction de l’huile d’olive. C’est un super émollient pour notre peau, c’est-à-dire qu’il adoucit et assouplit la peau. Il convient bien aux peaux sensibles. Je l’ai inséré à ma formule pour couper l’effet gras du produit et qu'il pénètre plus rapidement dans la peau.

Ton huile végétale favorite?


Je trouve l’huile d’avoine exceptionnelle et trop méconnue. C’est une huile qui calme beaucoup, répare et hydrate la peau.



selon toi, qu’est-ce qui est important dans la relation avec les clients?


La transparence, c’est très important. Je ne vends pas pour vendre et je ne veux pas que les gens achètent des produits qui restent sur l’étagère de la salle de bain. Donc, je suis très transparente sur mes produits et je réponds toujours aux questions.


D’un point de vue business, comment protéger sa marque?


On peut déposer sa marque, d’ailleurs je suis en train de le faire. Ça ne coûter pas si cher.


As-tu rencontré des difficultés?

Il y a une nouvelle loi établie en Suisse quant à la certification de formules cosmétiques et je la trouve injuste envers les petits artisans comme moi. Les grandes marques peuvent se permettre de payer pour chaque recette, mais pour ceux qui travaillent à côté pour financer les tests, ce n’est pas facile. C’est aussi pour ça que je propose 3 produits pour l’instant.


Quel est ton mantra?


J’en ai plein! (Rires) . Celui du moment, c'est no pain, no gain. Je fais du sport et j’aime le challenge. C’est important d’avancer et de sortir de sa zone de confort.


Une Femme qui t'inspire?


Ma grand-mère maternelle, paix à son âme, est ma wonderwoman. Elle a toujours travaillé et fait de son mieux pour donner le meilleur à sa famille, même à 70 ans passé, tout en gardant bon cœur.


Une musique qui te parle?


Les chansons de Tupac, elles me touchent au plus profond de mon âme. Celle intitulée "Pain" me bouleverse énormément.


des plans futurs?


Je me donne encore deux ans pour travailler et développer Acare à côté; après j’aimerais me mettre à 100% comme indépendante. Le but d’Acare-Natura sur le long terme, c’est d’avoir une ferme biologique au Togo et de fabriquer mes propres huiles végétales. C’est un projet qui me tient à cœur car ça créerait de l’emploi dans un pays où le taux de chômage est exponentiel et j’aurais un contrôle sur la production des matières premières.


Le mot de la fin?


J’encourage les femmes qui ont envie de se lancer dans l’entreprenariat à le faire. C’est beaucoup de travail, surtout au niveau administratif, mais ça vaut la peine!


Si la démarche de Claudine vous plaît, n'hésitez pas à retrouver ses produits sur son site Internet, www.acare-natura-ch ou sa page Instagram, @acare_natura.


Interview par Laetizia Barreto