• Cosmic Sisters

cosmic boss [Ep1] - Rencontre avec Jocelyne Nkiambi

Cosmic Sisters, c’est un concentré de good vibes pour être la meilleure version de soi-même. Et pour davantage d’inspiration, on donne vie à un nouveau concept: une fois par semaine, on vous présente une sister entrepreneuse qui assure. Quelle meilleure période que le printemps pour vous parler de femmes inspirantes et épanouies?

Jocelyne Nkiambi, consultante en digital branding


Jocelyne Nkiambi, à l’image de beaucoup de femmes entrepreneuses, porte plusieurs casquettes et travaille à plus de 200%. Son grand projet? Lancer sa propre agence de conseil en digital branding. C’est-à-dire le développement de l’image d’une marque grâce aux outils disponibles sur le web.


Créative dans l’âme, Jocelyne aime expérimenter de nouvelles choses. Elle cumule les expériences digitales depuis ses dix-huit ans, lorsqu’elle crée son premier blog et connaît un vrai coup de foudre avec le blogging. Son truc à elle, c’est l’écriture mais elle est très curieuse et s’essaie à divers rôles: d’influenceuse à rédactrice pour un magazine musical de Hip-Hop et R’n’B, elle met même sur pied son premier magazine digital.


Riche de toutes ces expériences, elle a réussi à se créer une base solide en technologies de la toile. Bien qu'elle ait grandi au Locle, petite ville reculée dans les montagnes neuchâteloises, Jocelyne a des rêves de grandeurs à l’anglo-saxonne. Avant-gardiste, elle a eu la conviction intime, avant bien d’autres, que les réseaux sociaux allaient être le futur de la communication.


Raconte-moi une anecdote qui confirme ton intuition!


Je me rappelle d’être allée voir un des mes profs, en 2012, lors de mes études à l’Université de Neuchâtel, en sciences de l’information et communication, et de lui avoir demandé pourquoi il ne nous parlait pas des nouveautés digitales et des réseaux sociaux. Ce à quoi, il m’avait répondu: "ça a le vent en poupe, mais c’est une tendance qui va vite disparaître." Je me rappelle avoir dit à une camarade qu’il était complètement à côté de la plaque et qu’au contraire, ça allait exploser.


quel a été ton parcours avant de te lancer en indépendante?


J’ai un Bachelor de l’Université de Neuchâtel en Info-com et psychologie-éducation, puis j’ai également suivi une formation accélérée de généraliste en marketing communication à l’HEG. Entre temps, j’ai eu plusieurs expériences professionnelles: j’ai fait des stages, j’ai travaillé au journal du Jura en tant que rédactrice, chez Swisscom où je gérais les réseaux sociaux et réalisé plusieurs projets. C’est grâce à ces expériences que j’ai vraiment pu asseoir mon expérience et expertise.


Quelle expérience de vie t’as appris une leçon importante par rapport au business?


En fait, c’est apprendre à dire «non». C’est drôle mais j’ai appris ça à travers un échec amoureux. À la suite d’une relation toxique, j’ai réalisé que je ne voulais plus jamais accepter quoi ou qui que ce soit qui ne me corresponde pas. Alors qu’avant, j’avais l’impression d’être méchante si je disais non, aujourd’hui je m’affirme et j’ose demander ce que je veux. Je pense que lorsque tu commences à faire un travail sur toi, ça se répercute sur le business. D’ailleurs, beaucoup d’entrepreneurs abordent le développement personnel dans leur communication.


Et donc, comment poser les limites?


Tu apprends parce qu’en tant qu’indépendant, à un moment ou un autre, tu vas te faire arnaquer. (Rires) Il faut être ferme et rester sur ses positions, se respecter, respecter également son éthique de travail et la valeur du travail que l’on fait.


Un des plus grands challenges pour toi?


Le plus grand challenge, c’est toujours de trouver un nouveau défi. (Rires) En réalité, ça été de me lancer et d’assumer ce que je voulais faire.


Tu es fière de toi?

Je suis très fière de moi. Je n’ai pas encore atteint mes objectifs financiers mais je me suis débrouillée toute seule et j’aime sincèrement mon métier.


Quelle est ta philosophie?


Garder un équilibre entre vie privée et vie professionnelle. J’ai envie de rester ma priorité, de garder ma nature féminine; je privilégie le contact humain et ne reste pas uniquement dans l’ambition.


Une femme qui t’inspire?


Toutes les jeunes femmes qui bâtissent leur petit empire sur Internet, ça montre que c’est possible.


Une chanson qui te fait te sentir powerful?

Independant Women des Destiny's Child.


Un conseil que tu donnerais à la Jocelyne d’il y a 10 ans?

Je lui dirais de ne pas cacher son talent et d’être patiente parce que toutes les expériences qu'elle va entreprendre vont finalement payer. C’est un peu émouvant d’y penser en fait, je réalise tout ce que j’ai fait.


Pour plus d'infos sur Jocelyne ou si vous souhaitez prendre rendez-vous avec elle pour votre stratégie digitale, retrouvez-la sur ses pages Instagram, son compte perso @jocelynenikambi

et pro, @nkiambidigital.ch ou encore son site web www.nkiambidigital.ch


Interview par Laetizia Barreto