• Laetizia Barreto

Se toucher les boobies pour notre santé

Octobre rose, c'est le mois désigné à la prévention du cancer du sein. Il est essentiel que toutes les femmes prêtent attention à leur poitrine et pratiquent l'autopalpation régulièrement.



le dépistage sauve des vies


En Suisse, le cancer du sein est l'un des plus fréquents chez les femmes, d'ailleurs environ une femme sur huit sera concernée au cours de sa vie. C'est une fichue maladie qui nous touchent toutes (et tous) de près ou de loin, à moment ou un autre. C'est pourquoi, il est important de prêter attention à son corps et de s'inquiéter si on aperçoit une anomalie: plus le cancer du sein est détecté tôt, plus il se guérit!


Les principaux facteurs de risques sont l'âge, les antécédents personnels, les antécédents familiaux, ou encore des prédispositions génétiques. Le tabagisme, l'alcool, le manque d'activité physique peuvent aussi être des facteurs secondaires au développement d'un cancer du sein et sont à éviter pour rester en bonne santé de manière générale. Depuis les années 1990, la mise en place du dépistage du cancer du sein et une meilleure connaissance de la biologie du cancer permettent d'individualiser les traitements par rapport au type de la maladie.


L'autopalpation


Alors pour notre meilleure amie, pour notre tante, pour la mère de notre copine d'enfance, pour la voisine, pour nous, n'oublions pas de se palper les seins au moins une fois par mois et de bien regarder nos boobs dans le miroir! Il faut être attentive si l'on sent une boule ou une grosseur anormale dans un de nos sein ou sous une aisselle, car les lymphes passent aussi par là.


D'autres signaux d'alarme peuvent se manifester sous la forme d'une rougeur ou un aspect irrégulier de la texture de la peau des seins, une rétraction au niveau du mamelon qui persiste ou encore un écoulement anormal des tétons.



Octobre rose en Suisse romande


Plusieurs hôpitaux genevois se sont mis ensemble pour organiser "Le Moi d'après", une série de trois conférence sur la thématique de l'après diagnostic d'un cancer du sein. Ils proposent d'explorer la période charnière après la maladie à travers des questions qui préoccupent les femmes touchées par cette dernière. Ces conférences publiques sont à suivre en présentiel ou en ligne sur inscription. Comme par exemple, celle du jeudi 21 octobre à 18h30 à l'Hôpital de la Tour, "Alimentation et cancer du sein: qu'en sait-on aujourd'hui"? .


Pour plus d'informations, c'est par ici.


Pour les femmes qui sont touchées par un cancer du sein, le centre de soins de support en collaboration avec le centre du sein de la clinique de Genolier proposent plusieurs ateliers

axés sur l'activité physique adaptée, le soutien psychologique, l'alimentation, la relaxation.


Pour retrouver le programme, il suffit de cliquer sur ce lien.